CULTURE DU FIGUIER

 

La figue est un fruit très anciennement connu dans le monde. Cité dans la “Sourat Attine” du Coran, il est probablement originaire du Moyen Orient et naturalisé dans plusieurs régions et surtout celles du pourtour du bassin méditerranéen.

 

. Les Figues Fleurs mûrissent au mois de juillet, sur le bois de l’année précédente et assurent selon les variétés et selon les années de 10 à 50 % de la récolte (en moyenne 20 à 25 %). Les figues fleurs sont parthénocarpiques (elles mûrissent sans avoir besoin de pollinisation).

 

 

. Les Figues D’Automne (souvent appelées les « Secondes ») constituent le plus gros de la production et mûrissent du mois d’Août (à partir du 5 pour les plus précoces, du 30 pour les variétés  les plus tardives) aux premières gelées sur le bois de l’année. Selon les variétés les fruits sont parthénocarpiques ou sexués (intervention obligatoire du blastophage dans ce cas). Mais la capricification telle qu’elle est pratiquée en Afrique du Nord n’est pas nécessaire, même s’il n’ y a aucun  caprifiguier dans le verger.

 

 

. Les variétés Unifères ne présentent pas ce caractère remontant et ne produisent que des figues d’automne (parthénocarpiques ou secuées selon les variété). Certaines variétés très précoces permettent d’avoir des figues début août, période pauvre en figues.

 

  1.  
    1. Utilisation des figues
    2. Résistance au froid
    3. Besoins en eau
    4. Sol
    5. Distances de plantation
      figuier
    6. Taille
    7. Forme
    8. Travail du sol
    9. Nutrition
    10. Ennemis et maladies
    11. Récolte et conservation

 

Utilisation des figues

La figue est un fruit chargé de symboles et les significations sont diverses associant des conseils de gastronomie, de rareté, de sagesse, de fertilité sexuelle et bien d'autres. Le figuier se caractérise par la présence d'un lait blanc appelé latex. La figue peut être consommée en frais, comme aliment très nourrissant, ou servie comme produit industriel.

La figue est très énergétique, riche en vitamine et en éléments minéraux .

Le fruit du figuier a aussi des propriétés laxatives et diurétiques, peut être séché et transformé de plusieurs manière. L'industrie accorde actuellement une grande importance à ce fruit pour ses utilisations diverses (confiture, eau de vie, sirop…).

Les feuilles du figuier peuvent être également utilisées comme aliment de bétail. Le latex, séché et poudré, est utilisé pour la coagulation du lait. Il sert aussi pour l'isolation d'une enzyme digestive de protéines. Les cultures cellulaires de figues sont également évaluée comme une source de protéases. Plusieurs autres utilisation médicinales des produits de la figue sont rapportées.

 

Résistance au froid

Au dessous de -10°C, le bois de l’année risque de geler. Au dessous de -15°C c’est l’ensemble de la partie aériennes qui peut être détruit mais le système radiculaire n’est généralement pas atteint et le figuier donne de nouveaux rejets l’année suivante.

On considère que pour cet arbre, -22° est la température hivernale limite de résistance au froid.

En dessus, entre -7 et -15° de dégâts peuvent être enregistrés sur les parties aériennes selon l'âge des arbres et la durée des gelées.

Mais, même lorsque les basses températures atteintes provoquent la destruction de toute la partie aérienne, la puissance du systèmes racinaires et telle que le printemps suivant de nombreuses repousses sortent de la souche et l'arbre peut être reconstitué en quelques années.

Pour les arbres plantés dans l'année, les dégâts du gel seront fonction de la durée de ce dernier. Il est possible que les pouces terminales soient gelées, mais l'arbre peut très bien repartir de plus bas…


 

 

Besoins en eau

Bien que le figuier soit tolérant à la sécheresse, des arrosages copieux améliorent la production en quantité et en qualité. Ses besoins réels annuels sont de l'ordre de 600 mm, surtout au printemps et en début de l'été. Les arrosages doivent être espacés et copieux.

ASTUCE : Des pluies abondantes en période de maturité fragilisent l'épiderme et provoquent l'éclatement des fruits. en fait, c'est pour cela qu'il est important de prévoir une irrigation qui évite à la plante d'absorber, alors qu'elle n'y est pas habituée, une grande quantité d'eau qui pourrait provoquer l'éclatement des fruits...

 

 

Sol

Le figuier est peu exigeant en matière de sol et s'accommode à tous les types. Il préfère ceux sablonneux profonds et fertiles. Les racines du figuier sont généralement traçantes, les travaux du sol doivent être limités à la couche superficielle. Le sol doit être maintenu propre par des travaux superficiels ou par l'utilisant chimique de défanant total. Avec le développement de la frondaison (4ème année) le couvert végétal réduit la concurrence des adventices. 

 

 

Distances de plantation

Elles varient de 5 à 10 mètres. Des écartement de 5/6 mètres sur 6/7 mètres sont les plus fréquents (250/300 plants/ha), mais les meilleurs rendements sont obtenus avec des espacement plus réduits (3,50/4 mètres sur 6 mètres) et l’arrachage d’un plant sur deux après 7 à 10 ans.


Taille

Elle consiste essentiellement à équilibrer les charpentières et à remplacer les branches dépérissant. Le mode de fructification implique qu’il n’y a pas de taille de fructification à proprement parler. En raison de son bois creux et de sa faible aptitude à cicatriser, les plaies de taille qui sont à éviter et doivent être mastiquées.

l'intervention humaine se limitera à éclaircir l'intérieur de l'arbre afin que le soleil puisse pénétrer et à couper systématiquement les rejets qui poussent à la base du tronc.

 

Forme

la forme la plus adaptée est le gobelet. Elle consiste dès les premières années à sélectionner trois ou quatre charpentières équilibrées en ayant pris soin dès la première année à rabattre le tronc suffisamment bas pour que ces charpentières  ne soit pas trop hautes pour faciliter la cueillette.

 

 

Travail du sol

Le système radiculaire du figuier étant traçant, le travail du sol, s’il est pratiqué, doit être superficiel. Seuls les désherbants de types défanants peuvent être utilisés, le figuier étant trop sensible à tout autre produit. L’enherbement peut être intéressant avec quelques gyrobroyages en été.

 

 

Nutrition

Le figuier ne requiert pas de fortes doses de fumure azotée. En sol irrigué et riche, on peut préconiser une fumure riche en potasse de type 1-2-2.5 (NPK). En sol pauvre, l'apport du fumier additionné à la potasse (200 unités) est préférable. La fumure doit être apportée loin du tronc et à l'aplomb du feuillage.

 

 

Ennemis et maladies

Le figuier, contrairement à la plupart des autres fruitiers est très robuste et ne demande que peu ou pas de traitements. Un traitement d’hiver préventif est souvent suffisant (bouillie bordelaise + oléoparathion, par exemple). Ses principaux ennemis sont le Carastoplaste (Cochenille Tortue), la Mouche de la figue, le chancre apparaissant sur les rameaux âges, le pourridié des racines en terrain humide. Le diméthoate très efficace contre les insectes, doit être évité sur le figuier, ses feuilles étant particulièrement sensibles à ce produit.

 

 

Récolte et conservation

Les figuiers fructifient à partir de la troisième année mais n’atteignent leur rendement maximal (5 t/ha en terrain sec à plus 20 t/ha en culture irriguée) qu’après 5 à 7 ans. La production s’étale sur plusieurs mois et nécessité donc une récolte manuelle fréquente (de 50 à 80 passages par an avec un temps de récolte de 15 à 20 kg par heure et par personne). La figue doit être cueillie  à un stade végétatif proche de la maturité, ce qui rend ensuite son transport et sa conservation assez délicats. De plus, elle évolue très vite après la récolte même au froid, supporte assez mal les condensations, et son épiderme fragile se fend souvent à maturité.

 


figuier en production


Commandez vos figuiers en ligne dans notre boutique : paiement sécurisé


 

 

 

Mail à pépinières BEYLARD

 

VARIETES DE FIGUIER

 

  Accueil      CONTACT